•  

     

    Mathplanete est un groupe qui nous vient de Pologne et qui prouve que la musique électronique occupe une belle place dans ce pays.

     

    Mathplanete c'est l'association de Piotr "SKUTER" Skotnicki -producteur, compositeur, chanteur, pianiste, programmation, accordéon, shakuhachi, scratch- et Artur "KLERO" Wlodkowski -compositeur, voix, saxophoniste, bassiste, clarinettiste-. Originaires de Pologne, ils déploient des arrangements électroniques mélangeant des textes en polonais, français et anglais.

     

    Mathplanete réunit des styles tels que l'acid-jazz, R&B, soul, house, deep house, jungle, drum & bass, chilout, smooth jazz, pop. L'album a été réalisé à partir de nombreux instruments acoustiques qui complètent à merveille les sons électroniques des synthés analogiques. Ainsi, aux sons des synthés Moog, Hohner ... viennent se mêler ceux de la guitare acoustique, de la trompette, du sax, du Fender Rhodes, du piano ....

     

    Ce mélange de styles et d'instruments crée le son et le climat très personnels du groupe Mathplanete.

     

    Des extraits de l'album ==>             


    votre commentaire
  •  

     

     

     <script src='http://www.kazeo.com/inclusion/afficher_fichier.php?urlfichier=http://petitfilou.free.fr/night club.swf@@@450@@@400'></script>

       

     **** PLaylist de cetrte émission CLUBBIN' ==> U Wanna Rock 2007 ( TDS ) .... Cold fusion ( GREYX ) .... Boom boom boeing ( GREYX ) .... Speakin' DJay ( OMEN'FREE ) .... All over me ( GREYX ) .... Don't fight to go ( GREYX ) .... Keep on movin' ( OMEN'S FREE ) .... Moving cheepless ( GREYX ) .... Starmonster ( OMEN'S FREE ) .... You're giving love ( GREYX ) ****

     

     

    Les artistes ci-dessus proposent leurs compositions sous licence CREATIVE COMMONS. Cela signifie que 

    vous pouvez copier, distribuer et communiquer ces morceaux au public tant que : 

     

               - Vous citez le nom de l'artiste

           - Vous n'en effectuez aucune utilisation commerciale

           - Vous distribuez tous vos travaux dérivés de ces morceaux 

              sous la même licence

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Tous droits du propriétaire de l'oeuvre réservés. Vous pouvez consulter ce texte sur Le Carrefour des Mix ou bien encore le télécharger pour un usage personnel. Sauf autorisation de son auteur, la duplication, l'utilisation ou la diffusion de ce texte à des fins commerciales sont interdites. 

     

    De vous à moi

     

    Est-ce qu'il t'est déjà arrivé de fermer les yeux

    Pour te dire l'espace d'un instant que tout ira mieux?

    Figure toi que je le fais en permanence

    Et au lieu de me rassurer, ça me met en transe!

     

     

     

    Parce qu'en fermant mes yeux amandes

    Je revois les autres me mettre à l'amende

    C'est fou comme le regard des gens est puissant

    Il peut te donner des ailles comme te rendre innocent!

     

     

     

    Les gens qui disent de vivre pour soi et pas pour les autres

    Sont les mêmes qui te critiquent et qui te mettent la honte

    Dans ce monde on vit pour les autres et pour soi

    Et dans le pire des cas on baisse la tête puis on trace!

     

     

     

    Ce qui me met encore plus la rage ici bas

    C'est quand je vous vois vous moquer de ces gars

    Parce qu'ils n'ont pas vos vêtements, vos marques

    Le truc, c'est que tous les mecs ne sont pas des "fils à papa" !

     

     

     

    Eux, ils triment à longueur de journée pour vivre

    Même pas, ils se battent au quotidien pour être libres

    Mais putain, ouvrons les yeux et faisons les taire!

    Pour se sentir un peu plus fiers

     

     

     

    Je ne vous poserai que cette question :

    Faites vous partie de ceux qui triment

    Ou faites vous partie de ceux qui rient?

     

     

     

    AMY

     

    Pour contacter AMY  :  amycouloud@yahoo.fr


    votre commentaire
  •  

     

    Selon le cabinet DisplaySearch, le segment des netbooks a enregistré une croissance de 160 % entre le second et le troisième trimestre. Au total, les ventes mondiales devraient atteindre 14 millions d'unités en 2008.

     

    Dans un marché des ordinateurs plutôt morose, le cabinet DisplaySearch confirme que le segment des Netbooks tire son épingle du jeu. Selon les conclusions d'un rapport sur les ventes de PC, citées par le site Taïwanais Diigitimes, on apprend que la croissance des livraisons de netbooks a été de 160 % entre le second et le troisième trimestre 2008.

     

    Sur ce trimestre, ce sont 5,6 millions de netbooks qui ont été vendus dans le monde. Globalement, DisplaySearch s'attend à ce que ce marché représente des ventes de l'ordre de 14 millions d'unités pour 2008 - contre moins d'un million en 2007.

     

    Acer en tête des ventes, Asus perd du terrain

     

    Principal gagnant de cet engouement, le taïwanais Acer, qui à travers ses trois marques phares (Acer, Gateway et Packard Bell) capte 38,8 % du marché sur l'année. À l'inverse, Asus, qui a largement contribué à développer ce marché avec son EeePC, perd du terrain et la tête de ce segment, avec 30,3 % de part de marché sur 2008.


    Suivent HP et MSI, tout deux avec un peu moins de 6 % de PDM, puis Dell, Medion et les machines OLPC (One Laptop per Child) avec plus ou moins 2,5 % de PDM.

     

    « A l'exception d'Apple, toutes les grandes marques du Top 10 (des vendeurs d'ordinateurs, NDLR) sont entrées sur ce marché du mini-PC, au départ pour répondre à la menace posée par Asus, mais aussi pour satisfaire la demande des consommateurs pour des produits d'entrée de gamme, fins et légers, qui offrent au moins une pincée de fonctions bureautiques basiques et permettent une plus grande mobilité » note John F Jacobs, analyste de DisplaySearch.

     

    Il ajoute que « la demande mondiale pour ces produits est appelée à croître rapidement dans les années à venir avec une demande provenant de sources variées, allant des "early adopters" aux clients particuliers ou entreprises recherchant un second ou un plus petit PC, en passant par la demande des particuliers sur les marchés émergents. Nous nous attendons a ce que le marché des mini-PC atteigne environ 16 % du marché des portables à l'horizon 2011 ».

     

     Rédaction de l'article : Vincent BIREBENT / ZDNet.fr


    votre commentaire
  •  

     

    Certes, sur Facebook, vous avez 347 amis. Mais qui sont-ils ? Comment les avez-vous choisis ? Auraient-ils été vos amis hors réseaux sociaux ? Que leur mo«ntrez-vous de vous ? Une étude sociologique se rapportant au niveau d'exposition des internautes sur les supports du Web 2.0 (blogs, réseaux sociaux, sites de partage de vidéos, etc.) tente quelques réponses.

     

    Elle a été menée par la société de conseil faberNovel, Orange Labs et la Fondation pour l'Internet nouvelle génération (Fing). Les résultats présentés ce mardi 1er décembre au matin tranchent un peu avec les discours habituels sur l'exhibitionnisme et le manque de pudeur. Le Web 2.0, au contraire, prolonge la vie physique, on communique essentiellement avec ceux que l'on connaît déjà et on fait attention à ce que l'on dit et à ce que l'on montre.
     
     
    Réalisée en ligne selon un mode opératoire assez original, conçue comme un jeu et sans échantillon prédéfini, Sociogeek (c'est le nom de l'étude) se base tout de même sur les réponses de 11 000 personnes, âgées en moyenne de 28 ans. « En aucun cas, cette étude n'est orthodoxe et elle est à interpréter avec prudence », avertit Stéphane Distinguin, directeur de faberNovel (et lauréat du trophée 01net.pro 2008).
     
     
    On aimerait, par exemple, voir ce que l'étude donnerait sur une population de jeunes adolescents. Si elle n'est pas représentative des comportements de la population française sur le Web, cette étude donne quelques nettes tendances.
     
     
    Grosso modo, l'étude, qui se déroule en ligne, présente plusieurs séries de photos dans diverses catégories et demande à l'internaute de choisir celles qu'il publierait sur son profil. Elle soumet ensuite plusieurs critères et éléments de profil sur lesquels le testeur doit se prononcer. Assez nettement, il apparaît que les internautes rechignent à se montrer sous un jour négatif. Peu de photos « trash » (ivresse, blessures, hospitalisation, défauts physiques). Mais aussi peu de clichés où l'internaute est en colère, malade ou triste. « On cache la tristesse, c'est encore plus tabou que des photos d'enfants dénudés », note Dominique Cardon, sociologue à Orange Labs.
     

    La fracture sociale persiste

     

    L'exhibition sexuelle, ou simplement corporelle, n'est pas non plus très prisée. Les répondants sont aussi plus enclins à se montrer entre amis ou en couple qu'avec leur famille. Si exhibition il y a, elle est dans la faculté des internautes à se mettre en scène (déguisements, grimaces, cadrage fantaisiste des photos...), et on la trouve plus sur MySpace que sur Facebook. « On veut se montrer cool, festif, avec des amis », résume Dominique Cardon.
     
     
    Sans originalité, les internautes citent la photo comme le premier critère aidant à se faire un avis sur un profil membre d'un site communautaire. Le dernier étant le statut (sur Facebook ou sur les messageries instantanées, par exemple). Entre les deux, rien que du classique : goûts littéraires et cinématographiques, diplômes, profession, loisirs, etc. Pour faire simple, si vous êtes beau, cultivé et photographe de profession, vous allez vous faire plus d'amis sur Facebook qu'un consultant fan de tuning de voitures ou qu'une caissière de Monoprix.
     
     
    Plus étonnant, en revanche, l'étude n'établit aucune « corrélation entre la fréquence d'usage des réseaux sociaux et le niveau d'exposition de soi, ajoute Daniel Kaplan, délégué général de la Fing. Nous avions comme idée de départ que le Web 2.0 provoquait l'exposition. L'idée s'est révélée fausse. En revanche, il existe des stratégies de recherche de contacts qui poussent à s'exposer. »
     
     
    L'étude montre un autre phénomène, que l'on ne s'attendait peut-être pas à voir surgir là, la fracture sociale. Les comportements varient nettement selon le niveau d'études. « Moins vous êtes diplômé, plus vous acceptez les sollicitations et essayez d'attirer des "amis". Cela correspond à la constitution d'un capital social », estime Dominique Cardon. C'est peut-être cela l'enseignement principal de Sociogeek : Facebook ou pas, les vieux clivages ont la vie dure. Alors si vous voulez atteindre les 347 amis avec votre brevet des collèges, il va falloir ramer un peu...
     
     
    Rédaction de l'article :  Arnaud Devillard, 01net

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires